Saint-Gilles: en pleine crise, le cas de trois familles menacées d’expulsion par Infrabel interpelle

Actuellement, 3 familles occupent une maison située à Saint-Gilles, dans un bloc bordant les voies de la gare du Midi.
Actuellement, 3 familles occupent une maison située à Saint-Gilles, dans un bloc bordant les voies de la gare du Midi. - Dominique Duchesnes

A Saint-Gilles, trois familles issues de la communauté rom occupant une maison abandonnée appartenant à Infrabel, ont découvert ce mercredi sur la façade de l’immeuble (situé à deux pas de la gare du Midi) un avis d’expulsion daté du 7 avril. La sentence, rendue le 6 avril par le tribunal de première instance francophone de Bruxelles, sur base d’une requête en extrême urgence introduite le 3 avril par Infrabel, fait part d’une expulsion « manu militari » pouvant être déclenchée dès le 9 avril à 8h.

Contacté, le porte-parole la société ferroviaire assure que l’urgence de la requête est justifiée. « Ces personnes ont été identifiées sur les voies et sur les quais de l’Eurostar », déclare-t-il, invoquant un danger pour les personnes et pour la sécurité de l’espace Schengen. La question du risque sécuritaire est par ailleurs reconnue dans le jugement du tribunal bruxellois, alors que la maison offrirait par l’arrière un accès aux voies via une vitre brisée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct