Carnet de bord d’une intensiviste: «Nous devenons le fil d’humanité entre chaque patient et sa famille»

D
r
 Sabrina Joachim
: «
Nous jonglons en permanence pour laisser la place à une médecine qui demeure empathique.
»
D r Sabrina Joachim : « Nous jonglons en permanence pour laisser la place à une médecine qui demeure empathique. » - Marc Trippaerts.

Je voudrais vous parler aujourd’hui d’humanité.

En temps habituel, nous avons aux soins intensifs à la fois des malades dont la pathologie nécessite une courte surveillance, et des malades gravement atteints, dans le coma, dont la survie est engagée dans le court terme. Avec le Covid-19, nous n’avons que des patients gravement malades, tous sous anesthésie générale et tous au respirateur. Nous sommes donc face à des patients dépendants de machines, soumis à des procédures multiples, et nous sommes contraints de pratiquer une médecine essentiellement technique. Or, notre métier ne se conçoit qu’avec un réel souci du patient et de ses proches, et nous éprouvons la nécessité de « personnaliser » nos malades. Nous jonglons en permanence avec, d’une part une médecine moderne focalisée sur la technique, et d’autre part nos affects nos émotions pour laisser la place à une médecine qui demeure empathique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct