Les moustiques peuvent-ils transmettre le coronavirus? «Le Soir» répond à vos questions

Les moustiques sont bien vecteurs de plusieurs pathogènes, comme la dengue ou le paludisme, mais il s’agit de maladies dont la charge virale se trouve dans le sang.
Les moustiques sont bien vecteurs de plusieurs pathogènes, comme la dengue ou le paludisme, mais il s’agit de maladies dont la charge virale se trouve dans le sang. - AFP.

Vous êtes peut-être nombreux à vous demander si les moustiques, vecteurs de nombreuses maladies, peuvent transmettre le covid-19. La question nous a en tout cas été posée dans notre live.

Vos questions

Dan56BXL constate que « les moustiques font leur réapparition avec le beau temps ». D’où votre question : « Faut-il s’en méfier par rapport au covid-19, sachant que ces petites bestioles peuvent être vectrices de certaines maladies ? »

La réponse des scientifiques

Les scientifiques vont tous dans le même sens : non, le moustique ne véhicule pas le nouveau coronavirus. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’affirme, « le nouveau coronavirus ne peut être transmis par piqûre de moustique ». « Le covid-19 est un virus respiratoire qui se propage principalement grâce aux gouttelettes projetées lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue, aux postillons de salive ou à l’écoulement nasal », précise l’OMS.

Plusieurs médecins ou chercheurs confirment cette information. Les entomologistes français de l’Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID), cités notamment par France Info ou CNews, sont unanimes : « Les moustiques qui transmettent des pathogènes les ont préalablement ingérés via un repas de sang infecté. Mais pour que le cycle fonctionne, il faut que le virus ait la faculté de résister à la digestion dans l’estomac du moustique, pour pouvoir ensuite infecter ses cellules, atteindre ses glandes salivaires et s’y répliquer. C’est par cette salive ainsi contaminée qu’il transmet ensuite lors d’une piqûre. Or il a fallu des centaines et des milliers d’années (voire plus !) pour que les virus qu’il transmet aujourd’hui aient pu acquérir, via une multitude de cycles sang-piqûre, les caractéristiques leur permettant de transiter par le moustique sans être détruits. Ce qui est un processus extrêmement rare. »

Les chercheurs expliquent encore que le SARS-Cov2, le nom scientifique du nouveau coronavirus, « semble avoir une affinité pour l’homme », même s’il a pu aussi se transmettre via la chauve-souris ou le pangolin. Ces trois mammifères « sont certes différents mais bien plus proches génétiquement entre eux que de notre insecte piqueur », précise l’EID sur son site internet.

Même si un moustique se nourrissait du sang d’une personne atteinte par le coronavirus, il « digérerait tranquillement ce virus, comme il le fait pour tous les pathogènes non adaptés présents dans le sang qu’il consomme habituellement ».

« Le passage du virus dans le sang, on ne peut pas dire avec certitude qu’il n’existe pas du tout, mais s’il existe, il est très peu important » estime par souci de prudence scientifique Yves Van Laethem, infectiologue du CHU Saint-Pierre à Bruxelles, en réponse à RTL. « On peut considérer que le passage par le sang est nul ou tout à fait négligeable ».

Nos réponses à vos questions

Comme vous l’avez lu ci-dessus, Dan, les scientifiques estiment que les insectes ne jouent pas de rôle dans la propagation des virus respiratoires comme le nouveau coronavirus. Ni par piqûres, ni par simples contacts. Les moustiques sont bien vecteurs de plusieurs pathogènes, comme la dengue ou le paludisme, mais il s’agit de maladies dont la charge virale se trouve dans le sang.

Le coronavirus se transmettant par aérosols (lorsqu’une personne malade tousse) ou au contact d’une surface infectée (via les mains, puis la bouche), il n’y a (très vraisemblablement) rien à craindre des moustiques. Pour cette fois-ci.

« Le Soir » continue de vous accompagner dans cette crise liée à la pandémie de Covid-19. N’hésitez pas à poser toutes vos questions via le bouton « commentaires » ci-dessous. Chaque jour, nous publierons des réponses à une série d’interrogations : confinement, virus, mesures sociales, solidarités… Continuez à nous solliciter.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Sciences et santé