Décès de Jacques De Decker: «Les écrivains laissent des édifices de songes qui défient l’oubli»

Jacques De Decker
: «
Les écrivains ont ceci de particulier qu’ils ne s’en vont pas vraiment.
»
Jacques De Decker : « Les écrivains ont ceci de particulier qu’ils ne s’en vont pas vraiment. » - Olivier Polet.

C’était acté, il n’y avait plus qu’à fixer la date. Jacques De Decker nous ayant appris qu’il se retirerait de ses activités publiques en 2020, à l’Académie comme à Passa Porta, nous l’avions sollicité pour une longue et rare interview. « L’idée m’intéresse pour autant qu’elle porte sur la mauvaise passe que traverse le pays pour l’instant », nous avait-il écrit par texto le 20 décembre dernier, faisant allusion à la crise politique qui déchirait plus que jamais Flamands et francophones. Il y poursuivait : « L’autre jour à Flagey, introduisant le film Yourcenar-Delvaux, j’ai tenu le crachoir en deux langues, sans traduction et à la satisfaction générale. Ce n’est qu’un indice mais il est significatif. Ça me rappelle un pamphlet que le père d’Olivier Maingain avait écrit à mon sujet jadis sous le titre : “Comment Le Soir a-t-il pu confier son service culturel à un flamingant comme JDD ?”  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct