Confinement: le vertige de la responsabilité

Confinement: le vertige de la responsabilité
AFP

Jamais nous n’avons été plus libres que pendant le confinement. »

Malgré les guillemets dont je l’ai encadrée, personne n’a eu l’étrange idée de prononcer cette phrase. Mais en septembre 1944, juste après la libération de Paris, dans un article intitulé « La République du silence », Sartre lançait le paradoxe suivant : « Jamais nous n’avons été plus libres que sous l’occupation allemande. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct