Coronavirus: la pénurie de médicaments impose un tri éthique

A chaque  trou  d’approvisionnement, les équipes ont tendance à durcir les critères d’admission en réanimation.
A chaque trou d’approvisionnement, les équipes ont tendance à durcir les critères d’admission en réanimation. - Photo News.

On pensait manquer de lits de soins intensifs ? Sauf grosse surprise, la Belgique ne sera pas confrontée à cette situation… On pensait manquer de personnel hospitalier ? Les efforts surhumains fournis par tous les maillons de la chaîne permettent de passer à travers ce risque… On n’avait pas, par contre – pas au début en tout cas – imaginé un autre scénario : la pénurie de médicaments indispensables pour les traitements en soins intensifs. Le constat est dressé par Philippe Devos, président du syndicat médical Absym. De quoi parle-t-on ? De molécules aux noms barbares, genre Curare, Propofol, Midazolam… Elles permettent, dans les unités de soins intensifs, de relâcher les muscles des patients intubés et de les placer sous anesthésie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct