Etats-Unis: Donald Trump et l’OMS, cible de foire

Donald Trump a choisi de s’en prendre à l’OMS pour mieux masquer ses propres défaillances dans la lutte contre le coronavirus.
Donald Trump a choisi de s’en prendre à l’OMS pour mieux masquer ses propres défaillances dans la lutte contre le coronavirus. - Photo News.

Commentaire

Donald Trump, en quête de boucs émissaires pour masquer ses propres défaillances face à la pandémie du Covid-19, a jeté son dévolu sur l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). La cible est commode : après avoir loué en février l’institution genevoise pour son « labeur dur et intelligent », tout comme il flattait le président chinois Xi Jinping pour sa gestion de la crise, le locataire du Bureau ovale a changé son fusil d’épaule. Même si, sur le fond, personne à Washington ne conteste le problème majeur lié à l’OMS, qui s’est exclusivement appuyée sur ses interlocuteurs officiels à Pékin au début de la contagion, négligeant les lanceurs d’alerte de Wuhan, tels que le docteur Li Wenliang, décédé le 7 février.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct