Alcool et confinement, le cocktail dont il faut se méfier

L’alcool «
social
» reste encore tonique grâce aux apéros par écrans interposés. © Vincent Kalut / Photonews
L’alcool « social » reste encore tonique grâce aux apéros par écrans interposés. © Vincent Kalut / Photonews

Le confinement serait-il en train de nous rendre, lentement mais sûrement, accros à l’alcool qui apaise notre angoisse de contracter le Covid-19 et qui nous aide à supporter le temps si long passé, parfois seul, entre quatre murs ? L’idée circule dans l’opinion publique. Et des chiffres le laissent penser, ceux des ventes de boissons alcoolisées dans les grandes surfaces, plus que jamais principales sources d’approvisionnement en breuvage enivrants, les restos et les cafés étant verrouillés depuis le 14 mars. Delhaize indique ainsi vendre 10 % d’alcool en plus par rapport à la même période de l’an dernier. Carrefour ne livre pas de chiffre exact mais évoque « une hausse des ventes sans explosion ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct