Le coronavirus, ou le retour en grâce de la lutte des classes?

Ceux qui «
partent au front
», comme cet éboueur, ont certes la gratitude des citoyens, mais prennent des risques que d’autres n’ont pas à prendre.
Ceux qui « partent au front », comme cet éboueur, ont certes la gratitude des citoyens, mais prennent des risques que d’autres n’ont pas à prendre. - Dominique Duchesnes.

D’un côté, il y aurait les pauvres. Ces caissières, coursiers, aides-soignantes, femmes de ménage, éboueurs envoyés au « front », « chair à canon » comme ils se disent parfois eux-mêmes, obligés de travailler pour continuer à faire fonctionner les services essentiels à la population. D’un autre, les riches, dont les métiers s’adaptent aisément au télétravail et qui restent bien à l’abri, confinés dans leur grande maison à la campagne, certains poussant l’indécence jusqu’à mettre en scène cette expérience inédite à l’instar de ces écrivaines « bourgeoises » fustigées pour leurs journaux de confinement. Bref, les prolétaires et les bourgeois, comme dirait l’autre.

Mais est-ce si simple ? L’analyse au prisme des classes sociales pour autant qu’elle soit réellement pertinente, est-elle suffisante ? La crise sanitaire laissera-t-elle place à une lutte des classes que l’on croyait désuète ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct