Confinement: le sort des enfants en danger inquiète l’aide à la jeunesse

A Mons, le nombre de nouveaux cas d’abus ou de maltraitance signalés est en diminution depuis que les mesures de confinement ont été prises.
A Mons, le nombre de nouveaux cas d’abus ou de maltraitance signalés est en diminution depuis que les mesures de confinement ont été prises. - Roger Milutin.

L’attention presque exclusivement portée sur la crise sanitaire et ses retombées économiques masque d’autres réalités tout aussi dramatiques. En période de confinement, où chacun est appelé à rester cloîtré chez soi, qui peut dire ce qui se passe derrière les murs des habitations. Pour les enfants victimes de violences ou d’abus, le « restez chez vous » n’est en rien une garantie de sécurité. Au contraire : ils se retrouvent coupés des personnes qui, habituellement, sont en mesure de détecter les cas de violence intrafamiliale et de les dénoncer auprès des services de l’aide à la jeunesse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct