Secteur culturel: «Si nous faisions une pause?»

Philippe Kauffmann travaille depuis plus de 25 ans dans le secteur culturel, au sein de l’ASBL Indigo, des Jeunesses Musicales, de l’ASBL Cour-Circuit, des Halles de Schaerbeek mais aussi du cinéma (La Parti). Il a été conseillé de nombreux festivals en France et en Belgique et conseiller artistique des projets événementiels de Mons 2015. Il est actuellement chef de projets et coordinateur artistique général à Mons Arts de la Scène (MARS).
Philippe Kauffmann travaille depuis plus de 25 ans dans le secteur culturel, au sein de l’ASBL Indigo, des Jeunesses Musicales, de l’ASBL Cour-Circuit, des Halles de Schaerbeek mais aussi du cinéma (La Parti). Il a été conseillé de nombreux festivals en France et en Belgique et conseiller artistique des projets événementiels de Mons 2015. Il est actuellement chef de projets et coordinateur artistique général à Mons Arts de la Scène (MARS). - D.R.

La question n’est pas ce qui va nous arriver, mais ce que nous allons en faire ».

Henri Bergson

Ces derniers jours (et je crains que ce ne soit qu’un début), je lis, j’entends et je partage les appels aux secours du secteur culturel face au confinement et ses conséquences. Si la situation des artistes et techniciens et autres artisans de toutes corporations est bien entendu particulièrement catastrophique (du fait d’ailleurs aussi en partie de l’indifférence polie sans cesse renouvelée du monde politique – tous partis confondus – face à un « statut » qui n’en est toujours pas un) j’avoue ma frustration face à ces revendications légitimes, nécessaires, mais peut-être pas suffisantes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct