Le mal-être des étudiants s’amplifie à l’approche des examens

Selon la FEF, les étudiants estiment que «
leurs chances de réussite sont moins grandes
».
Selon la FEF, les étudiants estiment que « leurs chances de réussite sont moins grandes ». - AFP.

Maintenir des « sessions d’examens à visée certificative aboutirait à un déni des lacunes dans la formation et à une injustice grave (…). La seule chose que des évaluations classiques permettraient de certifier, c’est l’accroissement des inégalités causé par le confinement ». Le propos est fort. Il est signé par un groupe d’universitaires spécialisés en sciences humaines (Le Soir du 20 avril) qui cherche à apporter sa pierre à l’édifice du déconfinement.

Réaction ? Silence radio parmi le top des universités… Par contre, des étudiants surtout, et des professeurs, ne se sont pas fait prier. « Les premiers pleurent et les seconds sont à genoux, mais pour les autorités académiques, officiellement, tout va bien… », résumait pour Le Soir un influent doyen de faculté. Explications.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct