Pour les aînés et les malades, la double peine du confinement

«
Etre confiné dans les homes, c’est passer 23
h
45 sur 24 à l’intérieur de sa chambre
», insiste Henri Lurkin. «
Il faut se rendre compte de l’impact, les aînés qui sont enfermés sont plus sujets au syndrome de glissement
: ils se laissent mourir.
»
« Etre confiné dans les homes, c’est passer 23 h 45 sur 24 à l’intérieur de sa chambre », insiste Henri Lurkin. « Il faut se rendre compte de l’impact, les aînés qui sont enfermés sont plus sujets au syndrome de glissement : ils se laissent mourir. » - Prod.

Déconfiner par tranche d’âge en commençant par rouvrir les écoles ? Relancer les activités économiques prioritaires en premier lieu ? Ne laisser sortir que les personnes testées ? Quel que soit le scénario de déconfinement, une constante : les personnes vulnérables doivent rester protégées le plus longtemps possible car le virus, même contenu, continue de circuler. Et le risque ne sera levé qu’à condition d’une immunité collective – hypothétique et lointaine – ou de la diffusion d’un vaccin – pas avant 2021.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct