lesoirimmo

Un ramadan à repenser en petit comité

GetImageContent[1]
AFP

On ne peut qu’imaginer ce que ce sera, mais on ne peut pas présager de ce que l’on va vivre. » Asma*, avec l’ensemble des musulmans qui le pratiquent, s’apprête à vivre un mois de ramadan confiné et, en conséquence, chamboulé. Dès l’annonce des mesures « corona », elle a fait le choix de séjourner chez son père, afin de ne pas le laisser seul. Le ramadan (qui doit en principe débuter ce vendredi), et les ruptures du jeûne (iftars) qu’ils s’apprêtent à partager à deux, vient s’ajouter à une situation qu’elle tend à saisir comme une occasion de passer du temps avec lui. « Pour moi, le confinement, de manière générale, mais plus particulièrement ce mois-ci, c’est du bonus », dit-elle, tout en rappelant les difficultés qui se posent pour les pratiquants pour qui la « Tarawih », prière du soir marquant la rupture du jeûne durant le ramadan, revêt une importance particulière.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct