Armand Marchant: «Pour moi, le bal s’est juste terminé un peu plus tôt que prévu»

Pas de neige mais une glace et beaucoup d’eau pour Armand Marchant, qui profite du moment pour faire du sport. Mais pas que...
Pas de neige mais une glace et beaucoup d’eau pour Armand Marchant, qui profite du moment pour faire du sport. Mais pas que... - A.M.

Tout est question de perception, mais, dans un sens, en malmenant gentiment les rouages de la réflexion, le timing de cette période trouble lui est presque favorable. Ou, plutôt, moins défavorable que concernant bien des sportifs de l’élite tant, pour Armand Marchant, la saison dessinait, en mars, ses dernières traces dans la neige d’un printemps en devenir.

« Le bal s’est juste terminé un peu plus tôt que prévu. Pas à deux heures du mat’ mais à minuit », sourit le skieur de Thimister, véritable sensation de la discipline alpine dont il s’applique à écrire les plus belles lettres belges. Notamment cinquième du slalom de la Coupe du monde à Zagreb, début janvier, le Liégeois préparait, en Autriche, les deux dernières courses de son hiver quand le ciel azur a viré au gris du confinement.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct