Yvon Englert au «Soir»: «Les universités n’ont aucune envie de provoquer un carnage»

Yvon Englert au «Soir»: «Les universités n’ont aucune envie de provoquer un carnage»
LESOIR.

Stress, craintes exacerbées, sentiment d’abandon, crise de panique… A quelques semaines de la session d’examens, le confinement des étudiants du supérieur tourne parfois au drame. Particulièrement dans les cas où les professeurs se sont montrés indigents dans la manière d’enseigner à distance. Sur ces questions, on entend beaucoup les étudiants et les syndicats. On entend moins par contre les autorités académiques. Yvon Englert, recteur de l’ULB, rompt le silence pour Le Soir.

Etes-vous conscient que cette période de confinement fait redoubler le stress chez les étudiants ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct