Confiné, le paysage médias a changé de planète

Confiné, le paysage médias a changé de planète
Dominique Duchesnes

Le nez dans le guidon, les mains dans le cambouis de l’actu, l’œil rivé sur une trésorerie en chute libre, les médias ont enfilé leur tenue de combat, comme autrefois le reporter de guerre sur la ligne de front. Le paradoxe est immense. Et la pilule amère. Jamais ils n’auront autant démontré leur utilité. Jamais, aussi, ils n’auront plongé aussi profondément dans la crise.

Le paysage est dévasté. Ils en sortiront, au mieux, (encore plus) fragilisés. Au pire, sinistrés. Mais à tout le moins transformés. En quelques semaines, les secousses sismiques de la pandémie ont ébranlé leur écosystème, les codes, les modes de consommation ou le business model comme jamais la révolution numérique n’avait réussi à le faire en 25 ans.

Il est sans doute trop tôt pour affirmer que « rien ne sera plus jamais comme avant ». Mais à l’article d’une longue et lente phase de déconfinement, le moment est propice pour passer les troupes en revue.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct