Comment sauver et conserver la mémoire du confinement

Les archivistes veulent rassembler des documents, mais pas seulement. Tous les témoignages évoquant le vécu de cette crise les intéressent.
Les archivistes veulent rassembler des documents, mais pas seulement. Tous les témoignages évoquant le vécu de cette crise les intéressent. - DR

Le monde d’après le coronavirus sera aussi celui de la mémoire collective et des traces laissées dans l’Histoire par notre lutte contre la pandémie. Quels souvenirs garderons-nous de ces semaines de confinement et qu’en dirons-nous aux générations futures ? Quelle place cet épisode occupera-t-il dans la ligne du temps du monde et de la Belgique ? Quelles leçons pourrons-nous en tirer pour faire face à de nouvelles alertes ?

Pour répondre à toutes ces questions, il faut documenter la crise sanitaire, en conserver les traces, faire le tri entre l’essentiel et l’anecdotique, tenter de dresser le profil d’un moment inédit. Dès à présent parce que le temps passe vite. En un mot : archiver ! « Les archives sont des sources d’information pour le futur. Il faut les gérer de manière professionnelle afin qu’elles puissent être utiles. Pour permettre un jour à l’Histoire de s’écrire », dit Marie-Laurence Dubois, présidente de l’association des archivistes francophones de Belgique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct