Pollution de l’Escaut: le groupe sucrier français Tereos se défend

Pollution de l’Escaut: le groupe sucrier français Tereos se défend
D. R.

Le groupe sucrier français Tereos affirme qu’il est « trop tôt pour établir de quelconques liens de causalité » entre la rupture d’un bassin de décantation d’une de ses usines dans le Nord et la pollution de l’Escaut en Belgique, qualifiée de « catastrophe environnementale ».

« Jeudi, Tereos a été contacté à la suite de la découverte de poissons morts en Belgique à plus de 30 km de la sucrerie. A ce stade, il est encore trop tôt pour établir de quelconques liens de causalité », fait valoir la coopérative dans une déclaration transmise par mail à l’AFP, disant qu’elle « assumera sa responsabilité si elle venait à être établie. »

Au total, 100.000 m3 de liquide noirâtre, essentiellement des matières organiques, se sont déversés dans la nature à partir du 9 avril, conséquence de la rupture d’une digue de l’usine Tereos de Thun-Saint-Martin qui retenait des eaux de lavage de betteraves.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct