Philippe Labro au «Soir»: «Les aberrations de Trump pourraient lui coûter cher»

«
Cette campagne électorale de 2020 n’est pas comme les autres, pas comme toutes celles que j’ai pu suivre en plusieurs années de reportages aux États-Unis
», constate Philippe Labro.
« Cette campagne électorale de 2020 n’est pas comme les autres, pas comme toutes celles que j’ai pu suivre en plusieurs années de reportages aux États-Unis », constate Philippe Labro. - Photo News.

C’était pendant l’été 1960 et il avait lourdement plu, ce jour-là, à Fargo, dans le Dakota du Nord. L’orage n’avait pas découragé le public. Des parapluies et des ponchos s’étaient déployés de-ci de-là.

Le candidat, le sénateur du Massachusetts, John F. Kennedy, 43 ans, avait décidé de négliger la pluie. Il s’était avancé, en costume de ville, sur l’estrade, face à une foule assez dense, composée pour la plupart, de fermiers, exploitants agricoles, et des femmes – beaucoup de femmes, ce jeune quadragénaire les fascinait. C’est alors que la pluie cessa, soudainement. Une déchirure de nuages dans le ciel de ce pays lointain, ce nord-ouest si long à rejoindre, la frontière ultime, vit surgir un soleil presque rouge dans un bleu intense, un bleu quasi irréel.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct