Pas de retrouvailles avant le 18 mai: le risque d’une perte d’adhésion aux mesures de confinement

Pas de retrouvailles avant le 18 mai: le risque d’une perte d’adhésion aux mesures de confinement
reuters.

Vendredi soir, la prise de parole de Sophie Wilmès a douché les espoirs de nombreux parents, grands-parents, enfants, frères, sœurs, amis. En tout cas de ceux qui avaient tenu jusqu’au début de la conférence de presse. Depuis, c’est un peu l’incompréhension. Comment justifier qu’on puisse retourner faire des emplettes dans les magasins de prêt-à-porter dès le 11 mai, avant de revoir nos proches, hypothétiquement seulement à partir du 18 ? Comment expliquer qu’on puisse s’adonner au kayak, et ne pas rendre visite à notre grand-mère qui vit seule ? La situation en est même devenue ubuesque, lorsque le vice-premier libéral, Alexander De Croo, a répondu par l’affirmative à la question d’une journaliste de VTM lui demandant si l’on pourrait revoir sa maman dans les rayons de Hema ou Zara… Avant de revenir sur ses propos.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct