Les traumas des soignants, mais pas seulement…

Les traumas des soignants, mais pas seulement…
AFP.

On pense souvent aux agressions, aux attentats. Mais la littérature scientifique documente également des cas de stress post-traumatiques après des catastrophes naturelles, comme des inondations, ou des épidémies. Après Ebola, par exemple, on a observé une augmentation conséquente des symptômes de stress post-traumatique, chez des soignants, mais aussi auprès du tout-venant. » Alexandre Heeren, professeur à l’UCLouvain se veut toutefois rassurant : la prévalence de ce symptôme reste faible, en comparaison à l’anxiété, par exemple. La confrontation à la mort ou à la maladie, à travers un événement perçu comme soudain, et face auquel on ressent de l’impuissance peut constituer un traumatisme. Ce traumatisme entraînera potentiellement un stress aigu dans les jours, les semaines qui suivent l’événement, mais peut aussi engendrer un état de stress post-traumatique si des symptômes (flash-back, cauchemars, etc.) apparaissent au-delà de six semaines – jusqu’à des mois – après le déclencheur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct