Coronavirus: l’Etat protecteur, s’il a existé, n’aura été qu’une parenthèse

Coronavirus: l’Etat protecteur, s’il a existé, n’aura été qu’une parenthèse
Pierre-Yves Thienpont.

L’annonce du retour très progressif au travail et à l’école faite le 24 avril dernier par la Première ministre, Sophie Wilmès, après consultation du Conseil national de sécurité est venue rompre le quasi-consensus qui prévalait depuis la mise en place du confinement généralisé.

Ce sont surtout les questions pratiques, relatives à l’adaptation des lieux et des conditions de travail et à l’indispensable prophylaxie, qui ont provoqué des mécontentements, notamment parmi les syndicats d’enseignants. Mais de manière plus générale, on a aussi entendu, de-ci, de-là, que « l’économique » prévalait désormais sur « l’humain » – alors que l’on déplore encore plus de 120 hospitalisations par jour liées au coronavirus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct