Pour Etgar Keret, la vie est une plaisanterie

Ethgar Keret nous déstabilise, tout simplement.
Ethgar Keret nous déstabilise, tout simplement. - D.R.

De loin en loin, entre deux nouvelles, surgissent des échanges de courriels sur le sujet qui donne son titre au nouveau recueil d’Etgar Keret : Incident au fond de la galaxie. Michaël Warshawski écrit à Sefi Moreh pour venir, avec sa mère, dans l’escape room que celui-ci dirige. Pas de chance pour Michaël, la salle sera fermée à la date prévue, « à cause du jour de la Shoah », férié en Israël. Plus loin, Michaël répond que, bien entendu, il connaît la date autant que sa signification – il l’a choisie pour cette raison, à « la recherche d’une activité digne de ce jour terrible et triste ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct