L’«après» commence par des partis qui font de la politique autrement

L’«après» commence par des partis qui font de la politique autrement

Un pacte pour une société nouvelle », « un new deal social », « un autre monde », « un nouveau logiciel sociétal » : voilà donc le Premier Mai qui s’affiche pour les partis comme le jour de la proclamation de la « grande conversion » et de l’annonce de la « grande transformation ».

Espoir et angoisse

Y aura-t-il un « avant » et un « après »-corona ? La question hante les esprits à la fois avec l’espoir des remises en cause salutaires que la crise peut impliquer, mais aussi avec l’angoisse des effondrements qui relanceront la « vieille machine » en repoussant l’écologie à plus tard, en renforçant les inégalités et le chacun pour soi sur fond de décompensations psychologiques. Cette crise peut être une opportunité, mais livrée à elle-même, elle risque de gripper profondément les rouages de la société, mais aussi des individus.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct