Le masque, l’accessoire devenu essentiel

Le masque, l’accessoire devenu essentiel

En septembre 2019, les défilés de prêt-à-porter pour le printemps-été 2020 promettaient des jupes plissées chez Hermès, du blanc virginal chez Valentino, du bleu soyeux chez Armani, des shorts chez Saint Laurent, des fleurs chez Paco Rabanne. Des masques chirurgicaux ? personne. Sauf peut-être chez le Belge Walter Van Beirendonck qui en glisse au moins un dans toutes ses collections (lire à ce sujet notre entretien dans le Mad de ce mercredi 6 mai).

Huit mois plus tard, personne ne s’est rué sur les jupes plissées, les shorts blancs, les fleurs bleues, mais (quasi) tout le monde a son masque. Plusieurs même, et ceux qui n’en possèdent pas encore l’ont commandé sur le web, à la voisine ou au boulot.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct