À Hong Kong, jeu vidéo et manifs dans des malls

A défaut de manifester dans les rues, les Hong Kongais l’ont fait dans un jeu vidéo.
A défaut de manifester dans les rues, les Hong Kongais l’ont fait dans un jeu vidéo. - Twitter

Pendant des mois, ils ont déferlé, clamant leur attachement à l’autonomie de Hong Kong. Et puis, fin janvier, le coronavirus les a confinés. Pas question d’arrêter de manifester : les jeunes ont d’abord investi un jeu vidéo innocent, Animal Crossing. Le gamer s’installe sur une île peuplée d’animaux mignons et peut y inviter huit amis. Vêtus de noir, casqués et masqués, les avatars ont organisé des manifs virtuelles, conspuant le président chinois et Carrie Lam… ce qui a valu à ce jeu d’être interdit en Chine. Plus sérieusement, après le 18 avril où la police a interpellé une quinzaine de figures du mouvement prodémocratie, les manifestations ont recommencé, de façon beaucoup plus réduite, dans des centres commerciaux, des stations de métro. Ce 1er mai, la police a ainsi utilisé des lacrymogènes pour disperser une centaine de protestataires réunis dans un mall. Le Covid-19 « peut réduire à court terme le nombre de protestations », explique l’activiste Joshua Wong.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct