Les 106 jours qui ont fait plonger le Standard dans le doute

Le président Venanzi vient de vivre quatre mois très difficiles à la tête du Standard. @News
Le président Venanzi vient de vivre quatre mois très difficiles à la tête du Standard. @News

Cette semaine, le Standard espère voir briller une éclaircie dans un ciel qui s’est obscurci depuis le début de l’année. Ce mardi, sous le coup de 19 heures, Maître Gregory Ernes va tenter de réussir devant la Cour belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS) là où le directeur général Alexandre Grosjean et Bryan Whitnack, le conseiller financier du président, avaient échoué devant la Commission des licences, à savoir obtenir le précieux sésame pour avoir le droit d’évoluer en D1A. Pour convaincre les trois arbitres de la CBAS, il va devoir montrer les preuves de paiement des primes de février – documents arrivés hors délai à la Commission des licences – mais aussi démontrer que l’immobilière du Standard de Liège est solvable pour racheter le stade pour lequel un compromis de vente a déjà été signé le 31 mars. Avec cette transaction, le fonds de roulement négatif de 14 millions serait oublié et la continuité du club jusqu’au terme de la saison 2020-21 assurée. Tel est donc l’enjeu de l’audience qui se déroulera en début de soirée par vidéo conférence.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct