Une situation sanitaire apparemment sous contrôle

Les mesures destinées à alléger les prisons, qui avaient été prises jusqu’au 3 mai inclus, ont été reconduites jusqu’au 18 mai, et elles le seront sans doute encore tant que le coronavirus constitue une menace. Elles semblent avoir porté leurs fruits, puisqu’on ne dénombre toujours qu’une quinzaine de cas confirmés parmi les détenus belges, et aucun décès.

Les conditions d’isolement imposées systématiquement aux détenus présentant des symptômes suspects sont cependant pointées du doigt : les malades disent se sentir comme des pestiférés et certains cacheraient leurs symptômes pour éviter ce qu’ils considèrent comme une punition. Les sections belge et française de l’OIP sont en contact régulier pour comparer l’effet des mesures prises, qui sont fort proches. La France comptait, juste avant le confinement, près de 72.600 détenus pour 61.000 places. Environ 10.000 détenus ont été libérés depuis et, à ce jour, une centaine de cas ont été confirmés parmi les prisonniers, donnant lieu à un seul décès.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct