Les héros habitent bien quelque part

Didier Blonde.
Didier Blonde. - Catherine Hélie.

Balzac avait l’ambition de concurrencer l’état civil, rappelle Didier Blonde dans son Carnet d’adresses de quelques personnages fictifs de la littérature. Quant à Patrick Modiano, le même Didier Blonde ne connaît que lui « pour avoir su faire d’un simple nom, suivi d’une adresse et d’un numéro de téléphone, tout un chapitre de roman ».

Même s’il manque, à ce livre étonnant et fascinant, un index par nom d’auteur (deux autres, par arrondissement et par rue, sont en revanche présents), les personnages de Balzac et Modiano semblent les plus nombreux dans cette superposition entre la fiction et le réel, superposition imparfaite avec de subtils décalages, des numéros de maisons inexistants, des rues introuvables, et ces artifices n’empêchent pas de se prendre au jeu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct