Tourisme: le Belge veut ses vacances, la Wallonie teste ses chances

Les activités privilégiées pour les vacances correspondent assez naturellement au potentiel wallon, notamment les visites des villes et des villages - ici, la petite cité de Durbuy.
Les activités privilégiées pour les vacances correspondent assez naturellement au potentiel wallon, notamment les visites des villes et des villages - ici, la petite cité de Durbuy. - Belga.

Un Belge sur quatre (24 % en communauté Wallonie-Bruxelles, 27 % en Flandre) pense partir en vacances cet été. Si on regarde la plage à moitié vide plutôt que la plage à moitié pleine, le sondage réalisé sur les « intentions et adaptations de vacances suite à la crise du coronavirus » montre que 55 % des francophones et 59 % des néerlandophones estiment qu’ils ne partiront certainement ou probablement pas en vacances cet été. Environ la moitié changera de projet de vacances (43 % Wallonie-Bruxelles, 52 % Flandre) mais plus de la moitié maintiendra les dates initialement prévues pour les vacances, tandis que 34 % (Wallonie-Bruxelles) à 26 % (Flandre) envisagent de partir en automne plutôt qu’en été. Enfin, en moyenne, deux Belges sur trois comptent choisir une destination plus proche que d’habitude. Une chance pour la Wallonie de faire découvrir ses atouts à ceux qui resteront ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct