Mario Vargas Llosa: «Avec le progrès, nous avons cru dominer la nature»

Mario Vargas Llosa: «Avec le progrès, nous avons cru dominer la nature»
Reuters

Le soleil vient de se lever ! », nous déclare, à 17h00, Mario Vargas Llosa, prix Nobel de littérature, qui a fêté le 28 mars ses 84 ans. « C’est comme ça qu’on se donne de l’entrain. » L’écrivain péruvien passe le confinement dans sa maison de Madrid, à lire Les épisodes nationaux de Benito Pérez Galdós.

Ecoutez cela : « Je suis resté seul comme un chien et j’ai repris la vie monacale (…) Je ne resterai ici que jusqu’à la fin du mois, heureusement, parce que c’est comme vivre sur la lune (…) J’ai l’impression d’être moins qu’un homme, un animal ou une plante, un petit déchet, des gouttes d’urine, et parfois moins que ça. Il n’y a pas de café, de cinéma, et l’idée de faire cette longue expédition jusqu’aux lieux habités me déprime… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct