Chers politiques, faites en sorte que le goût de l’après-corona ne soit pas amer

Chers politiques, faites en sorte que le goût de l’après-corona ne soit pas amer
Belga

Les parlements belges sont, à côté des jugements par jury, les vestiges du XIXe siècle ; un monde qui avançait à un pas nettement plus lent qu’actuellement et qui était en premier lieu encore un monde oral. C’est la raison pour laquelle dans la procédure de jugement par jury, tout témoignage doit être répété oralement, et que dans l’hémicycle parlementaire, tout rapport doit être lu à haute voix pas les rapporteurs. Le député brugeois socialiste Renaat Landuyt s’est souvenu pendant des années de sa lecture soporifique du rapport volumineux de la commission d’enquête parlementaire « Dutroux », que tout le monde avait attendue avec impatience. Renaat Landuyt, avec son accent brugeois, fut obligé de lire toutes les 185 pages du rapport, une coutume qui même en 1997, à la fin du XXe siècle, semblait déjà complètement dépassée. Mais le règlement l’exigeait. Et les entités fédérées ont, lors de l’installation de leurs parlements, toujours au XXe siècle, simplement repris les usages et traditions de la Chambre des Représentants.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct