Déconfinement: comment choisir ses quatre invités d’honneur (infographie)

C’est la nouvelle règle qui va rythmer le début de vie sociale des Belges. « A partir du 10 mai, chaque foyer pourra accueillir à son domicile jusqu’à maximum quatre personnes – toujours les mêmes. Afin de limiter le nombre de contacts favorisant la dispersion du virus, les personnes invitées s’engagent à n’entrer que dans un seul foyer ». Dit comme cela, ça a l’air simple. Mais quand on y regarde de plus près, une multitude de questions se posent. Ai-je le droit d’inviter chez moi 4 personnes de familles différentes ? Puis-je retourner chez eux en échange ? Dans une colocation, chaque membre a-t-il le droit d’inviter 4 personnes ? Où puis-je me déplacer si ma famille comporte plus de quatre membres ?

La diversité des situations familiales met rapidement à mal toute règle générale. Mais cette limitation à quatre personnes extérieures a le mérite de donner le ton. Et avant d’ergoter sur l’application à la lettre de cette règle, il est crucial d’en comprendre l’esprit.

Depuis la mi-mars, tous les ménages belges vivent confinés. On leur a demandé de rester chez eux au maximum et de ne pas se mélanger. Chaque foyer est donc devenu un silo. Et si un membre du ménage contractait le virus, cette division de la société permettait de faire en sorte que la propagation reste cantonnée au sein du silo familial. Objectif : rompre la chaîne de transmission.

Mais après sept semaines de confinement, cette rupture du lien social commence à peser. Pour assouplir un peu les règles, l’idée est de pouvoir revoir quatre personnes supplémentaires. Le but n’est évidemment pas de casser les silos existants, mais d’en fusionner un ou deux, pour créer des silos un peu plus grands. L’exemple le plus simple à comprendre est celui de deux ménages de quatre personnes. Le foyer A, confiné, pourra dès le 10 mai inviter le foyer B chez lui, quel que soit l’endroit où il habite en Belgique. Et vice versa. Ce qui crée un nouveau cercle un peu plus large. « Deux familles choisissent mutuellement de former un nouveau silo. Elles ne peuvent pas le casser et doivent éviter au maximum les contacts avec les autres silos », explique Erika Vlieghe, présidente du GEES (groupe d’experts en charge du déconfinement). « Le but n’est absolument pas que la famille se divise pour que chacun aille voir des amis de son côté. Elle doit rester un silo uni, tant que faire se peut. Et si les enfants veulent par exemple voir des amis, ils ont déjà le droit, aujourd’hui, d’aller se balader ou faire du sport avec deux copains, toujours les mêmes », ajoute l’experte. Ces deux amis des activités sportives en extérieur peuvent être différents des quatre personnes bonus.

Destins liés

Cette logique des silos est vitale. Prenons un couple qui décide d’inviter deux autres couples chez lui. Avant le 10 mai, ils formaient trois silos. Après, ils ont le droit d’unir leurs destins, si tous l’acceptent. En théorie, il est préférable qu’ils se réunissent toujours au même endroit. Le plus important, pour lutter contre la propagation du virus, c’est d’éviter qu’un membre des trois couples n’aille s’acoquiner avec d’autres cercles d’amis ou familiaux, ce qui élargirait la taille du silo, et par la même occasion la zone dans laquelle le virus peut trouver refuge.

Mais dans certains foyers, il sera peut-être nécessaire de se séparer pour appliquer la règle des « 4 » (colocation, gardes alternées). Ce n’est pas la panacée, mais ce sera toléré : le père peut avoir son cercle d’un côté, et la mère de l’autre. Mais ces deux cercles ne pourront en aucun cas se réunir sous le toit du foyer en question. Même de manière différée. Prenons encore le cas d’un ménage d’une famille de six personnes. Elle ne peut être reçue nulle part au complet. Mais elle aura le droit de recevoir à domicile deux couples d’amis, ou une autre famille de quatre personnes, par exemple. Ce qui crée un nouveau silo de 10 personnes. Et au-delà de la question du lieu de rendez-vous, l’élément le plus important et de ne pas briser ce cercle de 10, en y faisant entrer de nouveaux individus.

Le respect des silos facilitera le suivi des contacts, si l’une des personnes du groupe venait à être malade.

Enfin – et il aurait fallu commencer par là – cet assouplissement des règles doit se faire en respectant toutes les mesures d’hygiène et de distanciation déjà en place. Les distances de sécurité devront donc être respectées avec ses invités. Si la famille a la chance de posséder un jardin ou une terrasse, il est préférable d’organiser cette visite en l’extérieur. Enfin, aucune visite ne peut être autorisée si un membre de la famille ou si l’une des personnes invitées est malade.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Société