Les méthodes du Kremlin pour accroître la pression sur la République tchèque

Le maire de Prague, Zdenek Hrib.
Le maire de Prague, Zdenek Hrib. - Reuters

Cette histoire semble tirée d’un sombre roman d’espionnage. En avril dernier, un agent russe atterrit à l’aéroport de Prague. Il transporte avec lui quelque chose qui met les services de sécurité tchèques en alerte : de la ricine, un poison figurant sur la liste des armes biologiques et chimiques. Un seul petit milligramme de cette substance peut déjà être fatal. L’homme, muni d’un passeport diplomatique, monte dans un véhicule de l’ambassade russe et disparaît.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct