L’UE veut moins se fier à ses Etats pour lutter contre le blanchiment

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis.
Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. - REUTERS.

On pourrait croire que la lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment est un dossier qui met tout le monde d’accord. Mais les différentes initiatives promises (au moins à la consultation) par la Commission européenne jeudi dans son plan d’action vont nécessiter la tenue de débats difficiles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct