Le coronavirus questionne l’action policière dans les quartiers populaires de Bruxelles

Parmi les témoignages ayant trait à des abus et des violences policières, la vidéo d’une intervention dans les Marolles a particulièrement attiré l’attention au cours des dernières semaines.
Parmi les témoignages ayant trait à des abus et des violences policières, la vidéo d’une intervention dans les Marolles a particulièrement attiré l’attention au cours des dernières semaines. - D.R.

Ce qui est important avec ce déconfinement, ce ne sont pas les contrôles de police, mais la responsabilité de tout un chacun », relevait mercredi Sophie Wilmes en conférence de presse, renvoyant à l’existence de « zones grises » dans le contrôle des mesures d’application pour les semaines à venir. Une semaine plus tôt, un courrier envoyé aux bourgmestres francophones par le Délégué général aux Droits de l’Enfant, Bernard De Vos, s’inquiétait déjà des conséquences de ces « zones grises ». Faisant état de témoignages relatifs à « des stratégies d’intimidation et/ou d’humiliation suscitant incompréhensions et craintes chez les jeunes » et à des « usages illégitimes ou disproportionnés de la force » remontant d’acteurs de terrain en quartiers populaires, il y épinglait des mesures de crise porteuses « 

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct