Sophie Rohonyi: «Le fédéral ne remplit pas sa part du contrat»

Alors que doit se tenir ce vendredi une troisième réunion de la Conférence interministérielle (CIM) Droits des femmes, dont la seconde en confinement, les députés Défi Sophie Rohonyi et François De Smet déposent une proposition de résolution visant à la mise en place d’un plan d’urgence pour lutter contre les violences. « Les entités fédérées ont pris leurs responsabilités, entame la députée. Mais le fédéral, pour l’instant, ne remplit pas sa part du contrat. Le ministre Geens nous a confirmé que l’augmentation des plaintes commençait à se refléter dans les statistiques des parquets. Cette crise a aggravé les violences là où elles existaient déjà et en a créé de nouvelles. Mais quand on demande aux ministres de l’Intérieur et de la Justice ce qu’ils font, on nous répond que les services de police et les parquets sont sensibilisés… Or, sur le terrain, ce n’est pas ce que constatent les associations. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct