C’est du belge: une enquête dans les méandres du temps

Aliénor Debrocq fait dire à Lily dans son roman
: «
Je voudrais rendre sa plasticité au temps.
»
Aliénor Debrocq fait dire à Lily dans son roman : « Je voudrais rendre sa plasticité au temps. » - Vaya Sigmas.

C’est le deuxième roman d’Aliénor Debrocq. Celui dont on dit toujours qu’il est le plus casse-gueule. L’autrice belge a franchi l’écueil avec maestria : Cent jours sans Lily est un roman émouvant, haletant, audacieux, que l’on lit même comme un thriller, en tournant les pages avec une certaine frénésie, alors que l’écrivaine ne cesse d’échapper aux règles même du genre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct