La force invisible du bénévolat

Depuis le début de la crise du coronavirus, ils sont nombreux à payer de leur personne pour les autres. Dans tous les domaines. Infirmière à le retraite, Laurence Delbart fabrique des masques. Qui sont livrés, à vélo, par d’autres volontaires.
Depuis le début de la crise du coronavirus, ils sont nombreux à payer de leur personne pour les autres. Dans tous les domaines. Infirmière à le retraite, Laurence Delbart fabrique des masques. Qui sont livrés, à vélo, par d’autres volontaires. - Roger Milutin.

Comment se rendre utile pendant le confinement ? Quels sont les besoins de première nécessité ? Les problèmes d’approvisionnement en vêtements de protection et surtout en masques ont créé une véritable ébullition dans le pays. Partout la même idée : que puis-je faire de mes deux mains pour rendre service à la communauté ? C’est le Théâtre de Liège qui mobilise autour d’un réseau de couture. C’est une start-up bruxelloise qui se propose de fournir des repas au personnel soignant, des fablab dans les universités du pays pour fabriquer des visières avec des imprimantes 3D. C’est un voisin qui se propose de faire des courses pour une voisine non motorisée et qui raffole de sa Danette, l’après-midi. C’est encore des coups de main donnés dans les maisons de repos, pour les réfugiés…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct