Masques et blouses ont remplacé perruques et crinolines

Dans les ateliers de l’Opéra Royal de Wallonie on coupe, on assemble et on coud des blouses chirurgicales.
Dans les ateliers de l’Opéra Royal de Wallonie on coupe, on assemble et on coud des blouses chirurgicales. - D.R.

Elles fabriquaient des costumes pour les prochaines productions de l’Opéra Royal de Wallonie, la Monnaie, le Théâtre de Liège et une multitude d’autres institutions de tailles diverses. Subitement, avec le confinement, leur travail s’est arrêté d’un coup. Pas longtemps. Très vite, les couturières professionnelles du monde du spectacle ont compris qu’elles avaient un nouveau rôle à jouer. « Quand le confinement a commencé, tous nos plannings ont été bouleversés, explique Marie Lovenberg du Théâtre de Liège. Il n’était plus possible de faire les essayages avec les comédiens, on ne recevait plus les tissus… On a donc terminé ce qui était en cours et mis le reste en suspens. Ensuite, on a commencé à faire des masques pour nos collègues, en vue de la reprise. Puis, on a eu une demande de la Ville pour voir si nous étions disponibles pour confectionner des masques pour Liège Métropole. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct