Un triste 8 mai

Un triste 8 mai

Ce fut un triste 8 mai, jour de commémoration de la fin de la Seconde guerre mondiale sur le théâtre des opérations européennes. A Bruxelles, le Roi, la Reine et la Première ministre Sophie Wilmès ont procédé à un dépôt de gerbes au pied du Soldat inconnu, sans public et entourés d’une présence militaire réduite. Il en fut de même à Paris où le président Macron s’est incliné devant la statue du général de Gaulle et la tombe du soldat inconnu.

On ne sait si les autorités militaires, en cette période de confinement et de précaution, avaient mesuré les risques des sonneries aux morts, rendant hommage par des trompettistes aux décédés au champ d’honneur, chacune d’entre elles expulsant à distance expulsive près de 658.000 particules par litre d’air expiré, contre 3.700 pour des cris lancés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct