Comment Apple et consorts sont devenues des «valeurs refuge»

Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie numérique à la Solvay School
: «
Je n’ai pas de problème par rapport au fait que dans une économie à l’arrêt en raison d’une catastrophe naturelle, les acteurs du digital gagnent quelque chose.
»
Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie numérique à la Solvay School : « Je n’ai pas de problème par rapport au fait que dans une économie à l’arrêt en raison d’une catastrophe naturelle, les acteurs du digital gagnent quelque chose. »

Je dois vous avouer qu’au mois de mars, au début de la crise, nous avons recommandé d’acheter des Gafam », reconnaît Arnaud Delaunay, responsable des analyses financières au sein de la société de bourse Leleux. « Pour une raison bien simple : ce sont des entreprises qui ont les structures financières les plus saines au monde. Désolé d’être un peu vulgaire, mais ces sociétés pissent du cash. » Voilà qui est dit. Même Google, particulièrement dépendant du marché publicitaire, lui aussi en berne, semble plus résilient que jamais.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct