Recherche de vaccins: la Belgique investit pour se préparer à la prochaine pandémie

Le bâtiment sera construit à Anvers où le professeur Pierre Van Damme (à dr.), l’un des promoteurs du projet, a expérimenté ce type d’études en 2017 pour deux candidats vaccins contre la polio. Il avait à l’époque reçu la reine Mathilde.
Le bâtiment sera construit à Anvers où le professeur Pierre Van Damme (à dr.), l’un des promoteurs du projet, a expérimenté ce type d’études en 2017 pour deux candidats vaccins contre la polio. Il avait à l’époque reçu la reine Mathilde. - Belga.

Plus jamais ça. » C’est devenu un leitmotiv dans la communauté scientifique et le monde politique. Si on avait été mieux préparé, on aurait pu éviter le désastre provoqué par cette pandémie ou, à tout le moins, on aurait pu l’atténuer fortement, estiment aujourd’hui bon nombre d’observateurs. C’est pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise que le conseil des ministres a décidé ce week-end d’investir 20 millions dans la création d’une Unité de lutte contre les maladies infectieuses. Elle réunira les expertises de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université d’Anvers. Ce projet, d’un montant total de 40 millions d’euros, vise à doter la Belgique – et plus largement l’Europe – des armes nécessaires pour combattre l’émergence de la prochaine pandémie, en développant des outils qui permettront d’accélérer fortement le développement des vaccins et des tests.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct