Carte blanche: «La culture est vivante grâce à des milliers de travailleur.euse.s»

Jean-Pierre et Luc Dardenne figurent parmi les signataires de cette lettre.
Jean-Pierre et Luc Dardenne figurent parmi les signataires de cette lettre. - Belga.

Ce mardi, pour la première fois, les ministres de la Culture des trois Communautés se réuniront en présence de représentants des Régions et du gouvernement fédéral, dont la Première Ministre, Sophie Wilmès. Une réunion d’une heure à peine mais qui suscite depuis son annonce d’innombrables réactions tant le secteur culturel, particulièrement touché par la crise actuelle, a aussi été le grand oublié des mesures de ces dernières semaines.

En prévision de cette rencontre inédite, un collectif rassemblant 300 personnalités francophones et flamandes du monde culturel belge signe une lettre appelant à « mettre en place avant l’été un état d’exception qui durera tant que nous ne pourrons pas reprendre le cours normal de nos activités. »

Le texte rappelle aussi la « précarité structurelle préexistante que nous n’avons cessé de dénoncer » qui n’a fait que s’aggraver dans les circonstances actuelles. Bien plus que quelques mesures clinquantes à court terme, il demande clairement et avec force un ensemble de décisions sur le long terme permettant aux travailleur.euse.s du secteur de faire leur métier et d’offrir à tous un accès à ces œuvres qu’ils écrivent, fabriquent, interprètent, produisent, diffusent et qui, « pendant ce temps de confinement ont aidé des millions de citoyen·ne·s à tenir bon ».

Parmi les signataires de cette lettre, des représentants de tous les secteurs, du théâtre au rock, de l’opéra à la danse, du cinéma au jazz, de la littérature aux arts plastiques. On y relève notamment les noms de Salvatore Adamo, Selma Alaoui, Pablo Andres, Angèle, Arno, Lubna Azabal, Veerle Baetens, Baloji, Pierre Bartholomé, Nabil Ben yadir, Yoann Blanc, Patrick Bonté, Xavier Canonne, Guy Cassiers, Jacques Charlier, Sidi Larbi Cherkaoui, Anne Coesens, Patrick Corillon, Daan, François Damiens, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Peter de Caluwe, Cécile de France, Stéphane de Groodt, Anne Teresa De Keersmaeker, Michèle-Anne De Mey, Josse De Pauw, Emilie Dequenne, Jean-Paul Dessy, Lukas Dhont, Adeline Dieudonné, Jasmina Douieb, Frédéric Dussenne, Roméo Elvis, Olivier Gourmet, Guillermo Guiz, Steve Houben, JeanJass, Philippe Jeusette, Sophie Karthäuser, Joachim Lafosse, Caroline Lamarche, Bouli Lanners, Stefan Liberski, Agnès Limbos, Florence Minder, Cathy Min-Jung, Yolande Moreau, Nicole Mossoux, Fabrice Murgia, Michèle Noiret, Ayelen Parolin, An Pierlé, Marie-Françoise Plissart, Isabelle Pousseur, Patrick Quinet, Serge Rangoni, Milo Rau, Fabrizio Rongione, François Schuiten, Philippe Sireuil, Jaco Van Dormael, Anne-Cécile Vandalem, Louise Vanneste, Astrid Whettnall et des dizaines d’autres.

Voici le texte intégral de cette lettre :

« La culture est vivante grâce à des milliers de travailleur.euse.s. »

« Madame la Première ministre,

Mesdames et Messieurs les représentants du gouvernement,

À l’heure du déconfinement et malgré les nombreux cris d’alarme adressés au gouvernement, le secteur culturel ne bénéficie d’aucune perspective concrète de reprise.

Voilà près de 60 jours que les milliers de travailleur·euses qui vivent de ce secteur en Belgique et dont nous faisons partie, ignorent dans quelles conditions et à quelle date ils pourront reprendre leur activité professionnelle. Depuis près de deux mois, ces travailleur·euses ont perdu des emplois, des engagements à venir, des revenus – le plus souvent sans aucune indemnité – et la Commission des affaires sociales ne juge toujours pas urgent de remédier à cela.

Que faites-vous des milliers de personnes dont la culture est le gagne-pain et qui n’ont d’autre choix que de rester chez elles en attendant que la catastrophe arrive ? Que faites-vous des millions de spectateur·trices, auditeur·trices, lecteur·rices, qui se voient déjà – et peut-être pour longtemps – privé·e·s des productions et événements culturels qui nourrissent leur quotidien ?

Nous fabriquons, écrivons, interprétons, produisons, diffusons les œuvres qui pendant ce temps de confinement ont aidé des millions de citoyen·ne·s à tenir bon. Dans un contexte d’incertitude et de solitude, c’est une contribution qui fait toute la différence.

Notre secteur souffre d’une précarité structurelle préexistante que nous n’avons cessé de dénoncer. Nous exerçons nos métiers dans un système qui est un puzzle de contrats discontinus, petits boulots complémentaires, débrouille, travail non rémunéré. Tous les films, spectacles, concerts, expositions, événements culturels ne continuent d’exister que parce que nous tenons de toutes nos forces ce secteur à bout de bras depuis des années.

L’épreuve collective que nous traversons dans cette crise sanitaire nous a rappelé à quel point les conditions de vie des gens, leur santé, leur bien-être physique et psychologique ne pouvaient être mis à l’arrière-plan. Si les efforts de toute une nation ont été réquisitionnés, ce n’est pas pour rafistoler aujourd’hui des schémas qui ne fonctionnent plus mais pour faire naître une société à l’économie plus humaine, dans laquelle la culture doit avoir toute sa place.

Aujourd’hui la crise sanitaire nous touche doublement parce que nos modes de production comme de diffusion impliquent la proximité physique des personnes et que le télétravail est techniquement impossible. Il est vraisemblable qu’une majeure partie de nos activités ne pourra reprendre normalement, de manière continue et rentable avant qu’un vaccin ne soit largement disponible pour la population.

C’est pourquoi nous vous demandons de considérer les réalités indissociables de nos pratiques et d’agir en responsables en prenant des décisions sur le long terme. Pour que le secteur culturel survive, il vous faut mettre en place avant l’été un état d’exception qui durera tant que nous ne pourrons pas reprendre le cours normal de nos activités.

Nous voulons des mesures extraordinaires qui garantissent un revenu à toutes celles et ceux qui peuvent justifier d’activités artistiques régulières, et ce durant toute la période qui sera impactée par la crise et jusqu’à ce que nous puissions reprendre une activité normale.

Nous voulons que celles·ceux qui ont ouvert des droits à l’allocation chômage dit « statut d’artiste » bénéficient d’un renouvellement de leur droit sans conditions pour une année au moins après la réouverture officielle des lieux de diffusion culturelle. Nous voulons que les plus jeunes d’entre nous qui étaient sur le point d’ouvrir ces droits puissent le faire en comptabilisant les contrats annulés par cas de force majeur.

Nous demandons une analyse claire de la situation de tous les lieux d’accès à la culture (théâtres, cinémas, salles de concerts et d’exposition…) et un soutien financier adapté pour leur permettre de fonctionner « à perte » durant toute la durée de cette crise et jusqu’à ce qu’ils puissent reprendre une activité normale. Ceci afin de garantir que l’accès à la culture soit maintenu, dans le respect des normes de sécurité et de la santé de toutes et de tous.

Il est temps de prendre acte de la situation et de proposer aux artistes de ce pays et à toutes celles et ceux qui travaillent à leurs côtés un statut digne de leurs compétences et une protection sociale qui leur donne l’assurance de survivre à cette crise. Sans quoi les pouvoirs spéciaux dont ce gouvernement bénéficie auront contribué à l’abandon de toute une partie de ses citoyen·nes, et favorisé un dangereux projet de société dans lequel la culture – pourtant garante de nos démocraties – n’aurait plus sa place.

Est-ce de cela dont ce gouvernement veut être le responsable ? »

4Hoog (kindertheater), Salvatore Adamo (chanteur), Myriem Akheddiou (comédienne), Selma Alaoui (comédienne et metteuse en scène), Hichame Alaouie (chef opérateur), Pablo Andres (acteur), Angèle (autrice, compositrice, interprète), Piet Arfeuille (regisseur en artistiek directeur Theater Malpertuis), Arno (chanteur), Kristin Arras (actrice), Lubna Azabal (actrice), Veerle Baetens (comédienne), Baloji (musicien, réalisateur), Pierre Bartholomé (compositeur et chef d’orchestre), Nabil Ben Yadir (réalisateur), Marta Bergman (réalisatrice), Karine Birgé (compagnie les Karyatides), Yoann Blanc (acteur), Stéphanie Blanchoud (comédienne), Sandrine Blancke (comédienne), Françoise Bloch (metteure en scène), Claire Bodson (actrice), Philippe Boesmans (compositeur), Patrick Bonté (metteur en scène, directeur Brigittines), Nicolas Boucart (réalisateur), Marc Bouchkov (violoniste), Olivier Boudon (metteur en scène), Niels Boutsen (musicien), Annie Bozzini (directrice générale de Charleroi Danse), Aya Braem (manager GALM), Nathan Braude (violoniste), Jacques-Henri Bronckart (producteur), Natali Broods (actrice), Audrey Brooking (productrice), Peter Brosens (réalisateur), Sophie Bruneau (réalisatrice), Caballero (artiste), Salvatore Calcagno (metteur en scène), CAMPO (Centre d’arts Gand), Xavier Canonne (directeur du Musée de la Photographie), Laurent Capelluto (acteur), Guy Cassiers (metteur en scène, directeur du Toneelhuis Gen), Hélène Cattet (réalisatrice), Jessica Champeaux (réalisatrice), Jacques Charlier (peintre, plasticien), Boris Charmatz (danseur et chorégraphe associé à Charleroi danse), Sidi Larbi Cherkaoui (chorégraphe), Gerard-Jan Claes (réalisateur), Harry Cleven (réalisateur), Anne Coesens (actrice), Eve Commenge (productrice), Stijn Coninx (cinéaste), Guy Coolen (directeur Muziek Theater Transparant), Patrick Corillon (artiste plasticien), Jean-Luc Couchard (comédien), Antoine Cuypers (réalisateur), Odile d’Oultremont (scénariste), Daan (musicien), Manu Dacosse (chef opérateur), François Damiens (comédien), Jean-Pierre Dardenne (cinéaste), Luc Dardenne (cinéaste), Kevin Dardenne (directeur de casting), Mercedes Dassy (danseuse, chorégraphe), Eurudike de Beul (chanteuse), Peter de Caluwe (intendant – directeur général et artistique de la Monnaie/de Munt), Cécile de France (actrice), Lien De Greef (Lady Linn), Stéphane De Groodt (humoriste), Anne Teresa De Keersmaeker (chorégraphe), Jolente De Keersmaeker (tg STAN), Dirk De Lathauwer (directeur fABULEUS Leuven), Michèle Anne De Mey (chorégraphe), Martine De Michele (metteuse en scène), Josse De Pauw (metteur en scène, acteur), de Roovers (collectif théâtral), Damiaan De Schrijver (tg STAN), Olga de Soto (chorégraphe), Koen De Sutter (acteur), Titus De Voogdt (acteur), Nina de Vroome (réalisateur), Lucie Debay (actrice), Reinhilde Decleir (Tutti Fratelli), Lien Degreef (Lady Lynn), Céline Delbecq (autrice), Marie Delhaye (compagnie les Karyatides), Savina Dellicour (réalisatrice), Emilie Dequenne (actrice), Guy Dermul (acteur, metteur en scène), Dominique Deruddere (cinéaste), Benoît Dervaux (chef opérateur), Ruben Desiere (réalisateur), Jean-Paul Dessy (musicien, directeur de l’Ensemble Musiques Nouvelles), Stijn Devillé (directeur het Nieuwstedelijk), Bas Devos (réalisateur), Pierre Dherte (comédien, président de l’Union des artistes), Lukas Dhont (réalisateur), Marc Didden (cinéaste), Adeline Dieudonné (écrivaine), Bert Dockx (musicien Dans Dans, Flying Horseman, Ottla), Géraldine Doignon (réalisatrice), Matthieu Donck (réalisateur), Jasmina Douieb (metteuse en scène), Marie-Hélène Dozo (monteuse), Fabrice Du Welz (réalisateur), Isabelle Dumont (actrice), Sicaire Durieux (compagnie Chaliwaté), Frédéric Dussenne (metteur en scène), Adil El Arbi (réalisateur), Roméo Elvis (chanteur), Vincent Engel (écrivain), Etcetera (rédaction de Etcetera), Brecht Evens (auteur de BD), Jean-Luc Fafchamps (pianiste et compositeur), Bilall Fallah (réalisateur), Sylvie Farr (manageuse), Aurore Fattier (metteuse en scène), Lydia Flem (écrivaine), Frédéric Fonteyne (réalisateur), Bruno Forzani (réalisateur), Déborah François (comédienne), Tristan Galand (chef opérateur), Thomas Gauder (mixeur), Marie Gillain (actrice), Delphine Girard (réalisatrice), Glauque (musiciens), Janine Godinas (actrice), Michaël Goldberg (producteur), Kenan Gorgun (écrivain, scénariste, réalisateur), Olivier Gourmet (acteur), Waas Gramser (actrice, theatermaakster, auteur), Zeno Graton (réalisateur), Jérôme Guiot (réalisateur), Guillermo Guiz (humoriste), Luc Gulinck (juriste), Dany Habran (coprésident de la Commission de Sélection du Film), Jan Hammenecker (acteur), Veence Hanao (musicien), Marion Hänsel (réalisatrice), Jean-Francois Hensgens (chef opérateur, réalisateur), Christophe Hermans (réalisateur), Sandrine Heyraud (compagnie Chaliwaté), Steve Houben (musicien), Grégory Houben (musicien), Matthew Irons (auteur, compositeur, interprète), Isha (chanteur), Yossif Ivanov (violoniste), Véronique Jadin (réalisatrice), Julien Jaillot (assistant de créatrices.teurs), Jali (musicien), JeanJass (chanteur), Philippe Jeusette (acteur), Juicy (musiciennes), Helène Karenzo (assistante réalisation), Sophie Karthäuser (soprano), Tom Keestens (compositeur), Victor Ketelslegers/Polster (danseur), Kloppend Hert (compagnie théâtrale), L’Or du Commun (chanteurs), Joachim Lafosse (réalisateur), Caroline Lamarche (écrivaine), David Lambert (réalisateur), Marco Lamensch (réalisateur et co-créateur du magazine documentaire « Strip-Tease »), Fabrice Lamproye (directeur et programmateur du festival des Ardentes), Rachel Lang (réalisatrice), Bouli Lanners (réalisateur, acteur), Vincent Lanoo (réalisateur), Mylène Lauzon (directrice La Bellone), Le Motel (musicien), Claude Ledoux (compositeur), Jorge Leon (cinéaste), Myriam Leroy (autrice), Valène Leroy (monteuse), Vania Leturcq (réalisatrice), Nico Leunen (monteur), Colin Lévêque (chef opérateur), Johan Leysen (acteur), Julien Libeer (pianiste), Stefan Liberski (cinéaste), Agnès Limbos (artisten directrice artistique de Cie Gare Centrale), Lucinda Ra (collectif théâtral), Stéphane Malandrin (cinéaste), Guillaume Malandrin (producteur, réalisateur), Alain Marcoen (chef opérateur), Benoît Mariage (cinéaste), Freek Mariën (auteur, metteur en scène het Kwartier), Herman Mariën (président Muziektheater De Kolonie), Jan Martens (chorégraphe), Olivier Masset-Depasse (réalisateur), Ursula Meier (réalisatrice), Max Meli (manager), Olivier Meys (réalisateur), Thierry Michel (cinéaste), Laurent Micheli (réalisateur), Tim Mielants (réalisateur), Cathy Min-Jung (comédienne, metteuse en scène), Florence Minder (comédienne, autrice et metteuse en scène), Hendrik Moonen (regisseur), Yolande Moreau (actrice, réalisatrice), Henri Morelle (ingénieur du son), Mathieu Mortelmans (réalisateur), Nicole Mossoux (danseuse, chorégraphe), Fabrice Murgia (metteur en scène, directeur du Théâtre National), Needcompany (compagnie de théâtre), Florian Noack (pianiste), Delphine Noels (cinéaste), Michèle Noiret (chorégraphe), Frédéric Noirhomme (chef opérateur), Stéphane Olivier (acteur, metteur en scène), Olympique Dramatique (collectif d’acteurs), Ontroerend Goed (Performeurs), Wim Oris (Tartaren Compagnie), Javier Packer y Comyn (directeur du CBA – Centre de l’Audiovisuel à Bruxelles), Ayelen Parolin (chorégraphe), Anne Paulicevich (scénariste, actrice), Peeping Tom (compagnie de danse et de théatre), Joachim Philippe (chef opérateur), An Pierlé (chanteuse), François Pirot (cinéaste), Christine Plenus (photographe), Marie-Françoise Plissart (photographe), Paul Poelmans (musicien), Valérianne Poidevin (réalisatrice), Isabelle Pousseur (metteuse en scène et directrice du Théâtre Océan Nord), Patrick Quinet (producteur), Inès Rabadan (réalisatrice), Serge Rangoni (directeur du Théâtre de Liège), Raoul Collectif (collectif théâtral), Milo Rau (metteur en scène, directeur NT Gent), Philippe Raxhon (écrivain), Natacha Regnier (comédienne), Jéremie Renier (comédien), Yannick Renier (acteur), Salomé Richard (comédienne, réalisatrice), Achille Ridolfi (acteur), Olivia Rochette (réalisateur), Benoit Roland (producteur et directeur Atelier 210), Fabrizio Rongione (acteur), Dominique Roodthooft (metteure en scène, directrice du Corridor), Valéry Rosier (réalisateur), Joseph Rouschop (producteur), Armel Roussel (metteur en scène), Catherine Salée (comédienne), Cécile Scheen (soprano), Claude Schmitz (metteur en scène, réalisateur), François Schuiten (dessinateur), Sophie Sénécaut (comédienne), Guillaume Senez (réalisateur), Christophe Sermet (metteur en scène), Frederik Sioen (chanteur), Philippe Sireuil (metteur en scène, directeur du Théâtre des Martyrs), Frédéric Sojcher (réalisateur, écrivain), Sylvie Somen (directrice du Théatre Varia), Bo Spaenc (directeur artistique Muziektheater De Kolonie), Stephan Streker (réalisateur), Teona Strugar Mitevska (cinéaste), Coline Struyf (metteuse en scène), Virginie Surdej (chef opératrice), Anne Sylvain (actrice), Julie Tenret (comédienne et metteuse en scène), Fabrizio Terranova (cinéaste), Theater FroeFroe (théâtre pour enfants), Camille Thomas (violoncelliste), Willy Thomas (acteur), Mike Toch (éditeur), Bruno Tracq (réalisateur), Fatou Traoré (chorégraphe), Fien Troch (réalisatrice), Vera Tussing (chorégraphe), Thomas Van Cottom (artiste), Clara Van den Broek (actrice), Ann Van den Broek (chorégraphe), Jaco Van Dormael (réalisateur), Juliette Van Dormael (chef opératrice), Colin Van Eeckhout (chanteur Amenra), Amélie van Elmbt (réalisatrice), Felix Van Groeningen (réalisateur), Bart Van Langendonck (producteur), Reinhoud Van Mechelen (ténor et directeur artistique Ensemble a nocte temporis), Frank Van Passel (cinéaste), Bart Van Reyn (directeur musical du Vlaams Radiokoor), Anne-Cécile Vandalem (autrice, metteuse en scène, comédienne), Peter Vandenbempt (collectif Tristero), Sarah Vanhee (artist, performer, author), Louise Vanneste (chorégraphe), Cédric Vantroyen (directeur du Kings of Comedy Club), Brice VDH (réalisateur), Jos Verbist (acteur, metteur en scène), Frank Vercruyssen (tg STAN), Benjamin Verdonck (artiste), Hannes Verhoustraete (réalisateur), Laura Wandel (réalisatrice), Daniel Weissmann (directeur de l’Orchestre Philarmonique Royal de Liège), Astrid Whettnall (comédienne), Antoine Wielemans (musicien, Girls in Hawaii), Martine Wijckaert (autrice, metteuse en scène), Jessica Woodworth (réalisatrice), Arieh Worthalter (acteur), YellowStraps (musiciens), Jonathan Zaccaï (comédien)

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches