Droit de retrait: l’écoute et le dialogue plutôt que l’intransigeance

Grève spontanée ce lundi des chauffeurs de la Stib.
Grève spontanée ce lundi des chauffeurs de la Stib. - belga

Ceci n’est pas une grève sauvage ! En refusant de prendre leur poste, ce lundi matin, certains conducteurs de la Stib ont fait usage d’un droit de retrait consacré dans le Code du bien-être au travail depuis 1996. Le fruit d’un arrêté royal que tout le monde ignorait, à l’exception de quelques juristes avisés.

Une profession louée pour son courage

Un travailleur qui use de ce droit ne peut avoir tort. Et face à une profession qui, à l’instar du personnel des hôpitaux, des maisons de repos ou des grands magasins, a été louée pour son courage durant le confinement, il serait de bon ton de ne pas le leur contester. Y compris dans le chef des organisations représentatives des travailleurs car dans une démocratie syndicale, les mandataires ne peuvent avoir raison contre leurs mandants. Et quand autant de salariés émettent solidairement une inquiétude, il convient de l’entendre plutôt que de la blâmer.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct