Brussels Airlines: un bras de fer à 300 millions d’euros

Des avions cloués au sol en raison de la crise sanitaire, et des perspectives très sombres des mois à venir...
Des avions cloués au sol en raison de la crise sanitaire, et des perspectives très sombres des mois à venir... - Photo News.

Les négociations entre le gouvernement et Lufthansa sont en cours. » Ça fait des semaines qu’on entend ce refrain à la moindre question sur l’avenir de Brussels Airlines. L’annonce, ce mardi, du plan de restructuration de la compagnie aérienne belge est donc surprenante, sans accord sur ces « négociations en cours ».

Résumé des enjeux : la Belgique veut aider « sa » compagnie aérienne de référence, centre de l’écosystème aérien de Brussels Airport dont elle assure plus de 40 % du trafic, mais pas à n’importe quel prix. Lufthansa a acquis 100 % de la compagnie belge en deux étapes et un prêt pour un montant total d’un peu plus de 100 millions. Dieter Vranckx, le patron de Brussels Airlines, avance que « Lufthansa a, à ce jour, déboursé 360 millions d’euros pour Brussels Airlines sans toucher un euro de dividende », en comptant sans doute les aides pour les locations d’avions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct