Bram De Looze s’impose magnifiquement en solo

« Quand on joue en solo, on développe son propre langage parce qu’on ne dépend pas des autres. Mais j’adore jouer avec les gens que j’aime et que j’apprécie. »
« Quand on joue en solo, on développe son propre langage parce qu’on ne dépend pas des autres. Mais j’adore jouer avec les gens que j’aime et que j’apprécie. » - Alexander Popelier.

Bram De Looze, c’est, à 29 ans, le talent à l’état pur. On se l’arrache. En Belgique et à l’étranger. Il joue avec Antoine Pierre, avec Joey Baron et Robin Verheyen, Stéphane Galland, Teun Verbruggen, Dré A. Hočevar. Avec LABTrio, il renouvelle l’art du trio classique piano, basse, batterie. Il s’est lancé dans l’aventure du piano solo avec Piano e Forte en 2016. Le voici maintenant avec Colour Talk, un nouvel album solo aussi aventureux et riche que le précédent.

En solo, vous êtes seul face à vos propres responsabilités. C’est audacieux et casse-gueule ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct