Burundi: quelques «miracles» qui méritent une explication…

Le président Nkurunziza (à droite) en campagne à Gitega, le 27 avril dernier, flanqué du candidat du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimiye
: vers une redistribution des cartes
?
Le président Nkurunziza (à droite) en campagne à Gitega, le 27 avril dernier, flanqué du candidat du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimiye : vers une redistribution des cartes ? - Reuters.

Analyse

Ne comptant officiellement que 15 cas de Covid-19 et un seul décès, le président du Burundi proclame fièrement que s’il est relativement épargné, c’est parce que « son pays a placé Dieu au premier plan. » D’autres explications apparaissent cependant plus vraisemblables : la quasi-absence de statistiques, l’âge moyen des habitants, largement en dessous de 50 ans, l’habitat dispersé sur les collines ainsi que la rupture presque totale avec la communauté internationale qui n’enverra aucun observateur aux élections prévues pour le 20 mai prochain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct