Caroline De Mulder, la quête d’harmonie

Caroline De Mulder, en 2017.
Caroline De Mulder, en 2017. - Marie-Béatrice Seillant.

Pour Manger Bambi, il faudra encore un peu patienter. Le dernier roman de Caroline De Mulder, prix Rossel 2010 avec Ego Tango, a fait les frais de l’épidémie de Covid-19, et sera dans les librairies à la fin de l’année.

En matière de lecture, pour l’écrivaine et professeure de littérature à l’Université de Namur, Gantoise d’origine, la cause est quasi entendue : « Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es ». Dis-moi aussi comment tu ranges. « Je dois reconnaître que, pour moi, l’ordre n’a pas grande importance », concède-t-elle, « mes critères de rangement auraient tendance à être soit thématiques, soit esthétiques ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct